Un peu d’histoire

La société civile comme l’action associative issue de l’immigration, apportent des éléments de réponse à la spécificité culturelle, ethnique et sociale des immigrés, ainsi qu’à leur participation dans le débat de société. Ces actions et ces réflexions se traduisent par des projets qui ont une reconnaissance auprès des institutions publiques. C’est dans ce contexte et dans cet itinéraire que se sont inscrites la naissance et l’évolution de Carrefour des Cultures. Néanmoins, la particularité de CDC réside dans la manière d’approcher cette problématique.

Il faut noter que notre association bénéficie, depuis son avènement dans l’espace socioculturel namurois, du soutien des institutions ayant la matière de l’intégration dans leurs compétences. Mais aujourd’hui, vous pouvez constater avec nous que le projet de Carrefour des Cultures nécessite des contributions de multiples natures. Dans ce sens, et pour offrir à cette expérience une implantation double dans l’espace et dans le temps, nous avons introduit un dossier de demande de reconnaissance en vertu du décret de 17 juillet 2003 relatif au soutien de l’action associative dans le champ de l’éducation permanente. Notre demande a enfin rencontré l’adhésion des responsables de l’éducation permanente en Communauté française.

La fusion : Carrefour des Cultures est le fruit des réflexions et actions de deux associations, voire de deux expressions culturelles, qui invitent à mettre en mouvement un dialogue interculturel autour d’une citoyenneté responsable et participative, capable de faire fructifier la créativité de notre imaginaire commun et la force de l’intelligence collective. 

En effet, sensibles aux réalités multiples de l’immigration et soucieuses de mettre en avant un dialogue interculturel capable de conjuguer la diversité avec l’égalité des chances, et convaincues, également, que la bonne gestion de la diversité culturelle devrait s’éloigner de tout communautarisme réducteur, Marabel, Culture et Dialogue et ARCN (Association des Ressortissants Congolais de Namur), fortes de leur expérience et de la complémentarité de leurs activités, ont fédéré leurs efforts pour cultiver une réflexion et une action communes

L’année 2000 a constitué le fer de lance de cette expérience. A la fin de 2003, Carrefour des Cultures a vu se concrétiser un de ses objectifs premiers, à savoir doter son projet d’une structure et d’une forme juridique susceptibles de procurer le crédit et l’efficacité à ses actions, ainsi que des garanties additionnelles à ses collaborations et partenariats.

Carrefour des Cultures dès la première année de son existence, a structuré une réflexion pour mener une mobilisation culturelle, sociale, voire politique. L’association continue à rassembler tous les acteurs capables d’alimenter un projet multiculturel, citoyen et démocratique et, par là-même, à élargir son champ d’action à des espaces jusqu’ici inexplorés.

Depuis, Carrefour des Cultures a gagné en maturité et bien évidemment aussi dans l’élargissement de son effectif … Ainsi, l’association se veut aujourd’hui un vrai lieu de rencontre motivant, dynamique, entreprenant, qui offre à tous ceux qui, isolément, s’essayent à des développements nouveaux de se retrouver, de confronter des pratiques, des expériences, de compléter des visions individuelles, de dégager des lignes de forces, d’initier ensemble de nouvelles perspectives, … bref, de créer ensemble l’avenir pluriel, loin de toute uniformité arrogante.

En somme, de par la persévérance, le volontarisme et l’investissement citoyen, Carrefour des Cultures continue à militer pour honorer son engagement associatif, et pour assurer une présence de qualité dans l’espace public.

Avec le soutien de: